La vaporisation sur « log » – la bûche qui vous veut du bien

Le log est un type de vaporisateur sur secteur qui ne court pas les boutiques.

https://reho.st/thumb/self/dcd47ea77c15cc1fcd7a3ae8c2a8bd02fb98e39d.png
La simplicité de l’usage du log, alliée à la beauté de l’artisanat.

Ces bûches ont pourtant un potentiel incroyable : à l’image d’un SSV, DBV ou d’un LSV, un élément chauffant central est utilisé pour y faire passer de l’air avant de parvenir à la chambre de vaporisation. Avec la bûche, ce sont les parois en bois qui permettent de saisir le vaporisateur sans se brûler.

On obtient une vapeur généreuse, à conduction, l’usage à la demande est totalement possible. La chambre est petite, on consomme ici de 0,05 g au moins à 0,15 g au plus.

Pour couronner le tout, posé dans un coin, on pensera voir un joli presse papier ou un beau pot à crayon, mais on imaginera pas qu’il s’agit d’un appareil à vaporiser.

Des trois gros fabricants de log, Underdog, EpicVape et WoodScents, WoodScents est une marque emblématique du côté artisanal. Un certain Ed, qui travaille le bois comme personne d’autre, propose de nombreuses essences pour votre log, et vous offre une vaporisation à la demande en toute simplicité. On tire sur un embout sur lequel est placé une chambre de vaporisation de Vapcap de chez Dynavap (tip en titane), mais sans le capuchon. Le flux d’air chauffé par le fond de la bûche permet une chauffe par convection à l’intérieur du tip, contrairement au Vapcap classique à capuchon qui chauffe le tip par conduction.

https://reho.st/preview/self/acf76a521291e02503c0391faf0d76c667c79a88.jpg
Compter entre 300 et 500 € selon que vous prenez une essence commune ou rare.

On peut aussi s’orienter vers la marque Underdog.

Un autre constructeur : Epicvape et son Enano

The Heat Island.

Homegrownlog.